A la fin du mois d’Août, la mairie de Paris a mis en place un serious game intitulé la Chapelle Charbon.  Inspiré des jeux de simulation qui proposent aux joueurs de construire et gérer leur propre ville, ce serious game permet aux citoyens de participer à l’aménagement du futur espace vert du 18ème arrondissement. Ce nouveau dispositif nous pousse à nous intéresser au concept des serious game. De quoi s’agit-il ? Quels sont les objectifs d’un serious game et surtout peut-on vraiment être à la fois ludique et sérieux ?

 

Qu’est-ce qu’un Serious Game ?

La première apparition du terme « Serious Game » remonte aux années 70 et est attribuée au chercheur Clark Abt qui voit dans le jeu un moyen d’enrichir les cursus scolaires. Comme souvent avec les tendances managériales, les experts et consultants peinent encore à définir de manière unanime ce qu’est un Serious Game aussi désigné sous le nom de « jeu sérieux » pour les francophones.  Pour faire simple, l’appellation serious game désigne tous les logiciels qui combinent une intention sérieuse ou pédagogique (informer, communiquer, faire pratiquer) à des ressorts ludiques inspirés du jeu.

Aujourd’hui, les Serious Game ont conquis de nombreux secteurs et disciplines tels que la défense, l’éducation, les ressources humaines, etc.

 

Les grandes catégories de serious game

En analysant différents serious game mis en place par les pouvoirs publics et les collectivités territoriales en France et à l’étranger nous avons pu observer 4 grandes catégories :

  • Les serious game dédiés au recrutement
  • Les serious game à la formation des équipes internes
  • Les serious game dédiés à la sensibilisation des publics externes
  • Les serious game conçus pour faciliter la remontée des données

America’s Army : Communiquer et recruter

serious-game-2

Un des premiers grands succès remportés par un serious Game est celui mis en place en 2002 par l’armée américaine : America’s Army. Ce jeu, très réaliste, s’inspire des nombreux jeux militaires à la première personne, mais impose aux joueurs les règles d’une véritable opération militaire et se différencie du cadre plus libre des jeux purement ludiques.

Formidable outil de communication, de relation presse et même de recrutement, le jeu compte aujourd’hui plus de 10 millions de membres. On peut toutefois faire remarquer que ce serious game soulève quelques questions en assimilant l’entrainement militaire à un jeu vidéo.

Territorial City : Informer et faciliter les échanges entre agents et responsables

serious-game-3

Plus récemment, la Mutuelle Nationale Territoriale a, avec des partenaires, créé un Serious Game ayant pour objectif d’informer les agents sur les risques liés à la consommation de substance psychoactive au travail. Territorial City propose aux joueurs d’incarner un agent de la fonction publique territoriale, selon huit scenarii différents et indépendants les uns des autres. On compte ainsi sept profils d’agents qui représentent chacun une filière de la FPT et une mission décideurs, au cours de laquelle le joueur incarne un responsable de service d’une collectivité.

Les objectifs du serious game sont d’accompagner les décideurs dans leurs démarches et de sensibiliser les agents aux comportements à risque, mais aussi de faciliter les échanges autour de la thématique en se focalisant sur le jeu et non sur le vécu des agents.

SIMUrénov : Sensibiliser les internautes aux bonnes pratiques

4

Créé par la région Rhône-Alpes et la Fédération Française du Bâtiment SIMUrénov’ propose aux internautes, via un jeu rapide, de rénover une maison des années 70. Pour cela les joueurs disposent d’un budget et doivent choisir les travaux qu’ils désirent entreprendre. Chaque prestation améliore la performance énergétique du bâtiment, réduit sa consommation en CO2 et améliore son confort. Chaque prestation est détaillée et des explications sont fournies aux internautes pour l’orienter dans ses choix. Une fois le budget totalement dépensé, les scores sont mis en ligne.

A travers ce mini-jeu, les internautes sont sensibilisés à la rénovation écologique de manière ludique et rapide. Le budget limité nous pousse à évaluer toutes les solutions existantes et à en comparer les impacts sur le logement.

Paris et la Chapelle charbon : Récupérer des données sur les attentes de citoyens

5

Dernier exemple en date, la mairie de Paris s’est inspirée du jeu Sim City 2000 pour organiser une consultation citoyenne en ligne concernant l’aménagement du futur parc de la Chapelle Charbon. La plateforme présente au joueur l’espace du parc en vue isométrique et lui demande de l’aménager à sa convenance avec différentes possibilités : fleurs, arbres, kiosques, banc, parcours accrobranche, etc., tout en respectant une limite budgétaire et une contrainte spatiale.

Ce Serious Game permet donc à la mairie de paris de récupérer de précieuses données sur les attentes des habitants.

 

Quelles sont les règles pour réussir son serious game ?

Pour qu’un serious game puisse rester à la fois ludique et sérieux il est nécessaire de respecter un certain nombre de règles qui permettent de créer une expérience de jeu enrichissante :

  • Laisser les joueurs décider : pour que le joueur prenne du plaisir à jouer il faut le laisser prendre des décisions. Un serious game trop linéaire et directif sera rapidement identifié comme un outil de formation
  • Simuler la réalité : pour impliquer le joueur, il est nécessaire de proposer un scénario qui recréé ou modélise la réalité afin que ce dernier en perçoive l’intérêt éducatif. Attention cependant, les résultats du serious game ne doivent avoir aucune conséquence dans la vie réelle !
  • Construire un enchainement cohérent : dans un serious game, il est primordial de ne pas séparer les phases ludiques et les phases d’apprentissage au risque les premières soient préférées et les secondes délaissées.

 

Peut-on vraiment être sérieux et ludiques à la fois ?

Aujourd’hui, les serious game continuent de séduire de nombreuses entreprises, organisations publiques et collectivités territoriales. Des différents exemples évoqués nous retiendrons le fait que le principal atout des serious game est peut être leur rôle de « facilitateur ». Un serious game comme celui de la chapelle Charbon facilite l’engagement des citoyens : il est plus agréable de faire ce mini jeu que de répondre à une enquête. Il est plus facile pour un bricoleur du dimanche d’apprendre les bases de la rénovation énergétique via un jeu que dans des manuels.

Cependant, malgré les discours promotionnels, il est impossible d’effacer les tensions entre les aspects ludiques et sérieux qui sont propres au Serious Game. C’est donc aux constructeurs et aux commanditaires de serious game de trouver le juste équilibre en fonction de leur cible, de leurs objectifs et du mode d’administration du serious game.

0 réponses